Voila bien quelque chose que l'on ne m'entendra plus jamais dire ! Depuis des années je ne sais même plus combien de personnes se sont outrées de m'entendre dire telle hérésie, et pourtant jusqu'à il y a quelques semaines, je n'avais jamais vu Star Wars, bien qu'ayant voyagé à bord du Starspeeder 1000 et du Starspeeder 3000 à de nombreuses reprises dans Star Tours et Star Tours 3D dans les parcs Disney. Star Wars n'est ni le genre de film que mes parents m'auraient emmené voir, ni le genre de film qui m'attire naturellement. De plus il s'est révélé assez difficile d'y accéder : de tous les amis qui s'outraient que je n'ai jamais vu ces monuments du cinéma contemporain, aucun ne se sera décidé à organiser un screening, un weekend Star Wars ou même à me procurer les DVDs, la FNAC n'étant pas bien plus coopérative "ben faut passer au Blu-ray hein !"

StarWarsWallpaper1024_1_

C'est alors que George Lucas a une idée génial : ressortir Star Wars au cinéma en version remasterisée 3D. Moi, ma carte UGC Illimité et ma fascination pour la digital 3D sommes ravis. Le 8 février dernier, à 20H je découvre sur grand écran, dans des conditions optimales, Star Wars - Episode 1 : The Phantom Menace. Dans un premier temps je suis ravi de retrouver 3 acteurs que j'admire énormément : Liam Neeson, Ewan McGregor et bien sûr Natalie Portman ! Tous les trois sont fidèles à eux-mêmes, extrêmements convaincants dans leurs rôles respectifs, et surprenant dans les costumes extravagants de Star Wars. Car ce soir là c'est un tout nouvel univers que j'ai découvert, un sentiment similaire à la première fois que j'ai vu Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux. Des premières minutes du générique avec cette musique extraordinaire de John Williams aux paysages grandioses de Tatooine ou Coruscant en passant par les vaisseaux spatiaux assez inédits, je m'aperçois que Lucas a créé un univers unique, cohérent et fascinant. Ce qui m'a le plus marqué c'est la complexité et la précision du système politique qui semble emprunter des éléments des grandes démocraties contemporaines mêlés à des caractéristiques proches de mythologies moyen-ageuses, comme, notamment le conseil des Jedi, ainsi qu'un concept abstrait et transcendant, la force. Si The Phantom Menace n'est pas l'épisode le plus fascinant de par son scénario, ça en reste une excellente introduction, plus intimiste, plus proche des personnages et suffisamment lente pour se familiariser avec la saga. Deux heures et treize minutes plus tard je suis déçu que ça se termine déjà. Une semaine plus tard je serai de retour au cinéma pour profiter à nouveau de cette belle expérience, car la 3D, sans être extraordinaire, est très soignée et esthétique.

star_wars_episode_iii_revenge_of_the_sith_020_1_

Je n'ai pas choisi de regarder la saga dans l'ordre chronologique, c'est George Lucas qui a fait ce choix, Star Wars étant une histoire que l'on peut apprécier dans son entièreté et dans sa chronologie. Quelques jours plus tard, grâce à Emilien qui lit régulièrement mon blog, j'ai pu continuer ma découverte de Star Wars. Si l'épisode 2 m'a semblé être une transition un peu plate entre le 1 et le 3, j'ai absolument adoré Revenge of the Sith. Dans ce 3e film j'ai trouvé que Lucas dépassait la simple bataille du bien contre le mal entre la République et la Fédération du Commerce, pour évoluer vers un système plus complexe et moins manichéen. Il n'y a plus le bien et le mal, il y a la force et la façon de l'appréhender, de l'utiliser, il y a des individus avec leur histoire, plus ou moins forts et qui sont destinés à faire des choix et à évoluer, toujours avec un certain degré, vers une extrémité ou une autre, sans que rien ne soit jamais figé. Ainsi l'épisode 3 met en scène des concepts qui nous dépassent : notre histoire, nos souvenirs, nos convictions, nos forces... Et ce qui en résulte : nos choix. Le film croise les destins, perturbe les prédictions et renverse les situations. Tout cela en restant extrêmement proche des personnages (aspect un peu oublié dans l'épisode 2 à mon goût) et avec un certain goût pour l'esthétique, le grandiose et le spectaculaire, tant les effets visuels sont bluffants et la mise en scène réussie. Le combat final et la transformation d'Anakin Skywalker en Darth Vader sont vraiment impressionnants !

Star_Wars___A_New_Hope_84200545926PM734_1_

Je suis alors passé à la trilogie originale et dès l'épisode 4, j'ai pu faire deux constats. Tout d'abord j'ai réellement compris la fascination universelle pour Star Wars, tant ce film révolutionne le space opera. Voir ça sur grand écran en 1977 a dû être une sacrée claque, un peu comme l'ont été Le Seigneur des Anneaux ou Avatar pour moi ! Au-delà des prouesses techniques, tout l'univers semble se mettre en place dans ce film, de façon assez naturelle puisque le scénario reste finalement très simpliste : le combat des rebelles contre les forces de l'empire. En ayant vu la prélogie avant, on comprend d'autant mieux les enjeux et les raisons de ce conflit. La musique joue un rôle crucial : on comprend assez vite que chaque planète, chaque personnage et même certains sentiments ont leur signature musicale, leur thème associé, qui nous aide inconsciemment à comprendre et anticiper les actions. D'un autre côté, en tant que spectateur en 2012 et après la prélogie, je reste un peu sur ma faim puisque les effets visuels et surtout la bande son ont assez mal vieilli, l'action se limite à des environnements beaucoup plus semblables et énorméments d'intérieurs... Bref je ne peux pas nier que ça fait vieillot aujourd'hui. Mais quand même, quel plaisir de visionner ce grand film, de voir enfin en contexte Luke Skywalker, Princess Leia, Darth Vader et les autres, de comprendre qui sont exactement ces personnages entrés dans la culture pop et même l'imaginaire commun !

Mon sentiment sera globalement le même devant les épisodes 5 et 6, j'avoue que j'aime moins cette deuxième trilogie que la prélogie. Je la trouve très réussie, notamment visuellement, mais les épisodes comportent des longueurs et restent relativement simples comparés à la prélogie. Néanmoins j'admire le génie de George Lucas et sa volonté de mettre en images cette histoire avec des moyens techniques relativement limités (je suis toujours bluffé de savoir que le simple texte défilant en début d'épisode nécessitait une maquette !)

69317913_1_ 

Il n'en reste pas moins que j'ai adoré la saga dans son ensemble, avec une nettre préférence pour l'univers visuel de la prélogie et une fascination pour le système politique élaboré. De plus, ce rattrappage m'a permis de bien mieux comprendre les différents voyages auxquels j'ai pris part sur Star Tours et même la séquence Star Wars de Cinémagique ! Et puis, je réalise aussi à côté de qui j'ai posé il y a à peine un an...

120___Dark_Vador