Mon premier contact avec l'oeuvre de Boris Vian remonte au lycée. J'étais en seconde et j'avais des lectures obligatoires (au programme, à lire et étudier) et des lectures "facultatives" puisqu'elles n'étaient pas au programme, mais pas moins obligatoires pour autant puisque notre professeur nous avait imposé ces 4 livres, dont L'Ecume Des Jours, pour nous ouvrir à tous types de lectures. C'est donc un ouvrage beaucoup moins classique que j'avais lu en quelques soirs seulement, à mi chemin entre la fantaisie et l'absurde. J'avais été séduit par l'univers un peu rêveur de Vian, mais également très dérangeant tant il est rempli de non sens, d'anecdote et de bizarreries inexpliquées.

ecume_des_jours

8 ans plus tard (il y a quelques mois) je tombe sur la bande annonce de L'Ecume Des Jours de Michel Gondry avec Romain Duris et Audrey Tautou. Deux minutes d'images très étranges et néanmoins accrocheuses me rappellent immédiatement l'univers du roman de Boris Vian, lu il y a déjà bien longtemps, avant même que le titre n'apparaisse. Intrigué et enthousiaste, je décide de relire le roman. Je ne me livrerai pas à une analyse de l'oeuvre, j'ai beau être littéraire dans l'âme, je n'ai plus l'esprit assez académique pour ça. Toutefois en relisant l'histoire de Colin avec 8 ans de plus, j'ai été amusé par certains détails qui m'avaient échappés la dernière fois, prenant plus de recul avec l'oeuvre. Au-delà des bizarreries, j'ai vu dans L'Ecume Des Jours une timide critique de la société, celle où des gens riches n'ont pas besoin de travailler et organisent des fêtes d'anniversaires à leurs chiens pour s'occuper, celle où des gens éduqués et intelligents doivent occuper un travail mal payé, celle où l'argent fait la respectabilité de l'individu et celle où un recruteur refuse un candidat sans trop savoir pourquoi. Et même si L'Ecume Des Jours a été publié en 1947, ces éléments invitent à la réflexion en 2013. J'y ai redécouvert un univers très fantaisiste où l'auteur laisse aller son imagination au rythme du conte, en inventant une monnaie, une danse, une hiérarchie religieuse ou même un auteur de cuisine, tout en flirtant avec le poétique. En effet même si Vian ne respecte aucun code, aucun style, tant sur le fond que la forme, son attachement à décrire précisément des scènes banales de la vie quotidienne pour en faire des sujets d'étonnement ou d'attendrissement atteint parfois le poétique et recentre l'attention du lecteur sur les choses essentielles. Enfin en redécouvrant ainsi le roman j'ai réalisé que de nombreux aspects m'avaient échappés la première fois, et je me suis dis que d'autres choses qui m'étaient apparues il y a 8 ans m'ont échappées cette fois-ci, sans imaginer tous les détails que je n'ai pas encore pleinement perçus. L'Ecume Des Jours est une histoire aussi enthousiasmante que triste, aussi intriguante qu'amusante, aussi poétique qu'absurde et surtout aussi facile de lecture que difficile d'accès... J'étais alors curieux de découvrir la mise en image de Michel Gondry, et à la fois perplexe sur l'idée de faire d'un roman plutôt élististe un film grand public.

ecume_des_jours_film

En effet l'affiche de L'Ecume Des Jours est plutôt alléchante : Romain Duris, Audrey Tautou, Gad Elmaleh, Omar Sy, Charlotte Le Bon... Des acteurs "bankable" qui parlent au grand public. J'avoue qu'après avoir relu le roman et pris conscience de son apparente bizarrerie, mais surtout de sa complexité profonde, je trouvais ça ambitieux. Mais finalement Michel Gondry signe une plutôt bonne vulgarisation du roman. Certes on perd peut être quelques détails de l'oeuvre originale, mais on conserve tout de même l'excellent double niveau de lecture : pour le public qui cherche de la détente, L'Ecume Des Jours est une belle histoire d'amour, fantaisiste et loufoque, mais sincère et plutôt bien interprétée : Romain Duris et Audrey Tautou font un couple innocent et convaincant, et certains seconds rôles, notamment Gad Elmaleh en Chick, s'en sortent très bien. Mon seul doute va à Omar Sy que je ne trouve pas convaincant, ni en cuisinier, ni en ami, il donne l'impression de réciter son texte tel un comédien amateur au théâtre, dommage. D'un autre côté, pour le public averti, connaisseur du roman et de ses secrets, on retrouve de nombreux détails comme l'anguille dans le robinet, le pianocktail, la patinoire, les doublezons, le biglemoi, et même des nouveaux qui, finalement, s'intègrent bien, comme la promenade de Colin et Chloé à bord d'un nuage.
Toutefois, je ne vous cache pas ma déception. Bien que l'interprétation soit globalement bonne, le personnage de Colin dans le film ne correspond pas exactement à son image dans le roman. De plus, de nombreux petits rôles sonnent très faux, notamment les religieux. Certains aspects de l'histoire sont malheureusement baclés, comme la rechute de Chloé ou la mort d'Alise, au profit de scènes inexistantes dans le livre qui semblent être là plus pour rallonger le film que pour enrichir l'histoire. Enfin si certains univers et objets du livre comme l'appartement de Colin, la voiture transparente, l'usine de Chick ou encore le fameux pianocktail, sont très convaincants à l'écran, la mise en image est, pour moi, complètement râtée. Là où Boris Vian signe un ouvrage envoûtant et agréable à lire, j'aurais imaginé des images fluides, douces et soignées. Finalement Michel Gondry a opté pour des costumes grotesques comme celui de la souris ou figés comme ceux des pigeons, et pour des animations saccadées en stop-motion, le tout donne au visuel un aspect bricolé, cheap, fake et baclé, bien loin de la poésie du roman...

romain_duris_audrey_tautou

Globalement L'Ecume Des Jours de Michel Gondry est une surprenante mise en images du roman de Boris Vian. Surprenante par son scénario : fidèle au livre et donc étrange, mais aussi par son visuel, complètement inattendu et raté, trop éloigné du livre. Le film n'est pas mauvais pour autant, mais loin d'être aussi inoubliable que le roman.