Loin de mes grands voyages organisés, planifiés et anticipés aux USA, c'est un peu sur un "coup de tête" que Marianne et moi avons décidé d'aller passer quelques jours à PortAventura, le premier parc à thème et plus grand resort d'Espagne, et l'un des plus importants en Europe ! Pas vraiment une première, puisque j'y suis déjà allé une fois, mais un peu quand même puisque c'était il y a 9 ans. En tout cas j'avais très envie d'y retourner, et avec la ligne Barcelone-Beauvais et des tarifs très compétitifs, nous nous sommes lancés ! Pour ce séjour on a opté pour la "roulette" qui, pour un prix avantageux, a décidé de l'hôtel pour nous, parmis les 4 que compte PortAventura. On ne prend pas beaucoup de risques : tous sont classés 4 étoiles et proches des parcs.

PortAventura 001

Ainsi le voyage commence le dimanche 29 juin, lorsqu'en promenade à Paris l'e-mail arrive : ça sera l'Hotel Gold River, thémé Far West ! J'y vois tout de suite deux avantages : il est adjacent au parc, avec accès direct, et c'est le plus récent -donc le plus neuf- ainsi qu'un "challenge" : je ne trouve pas d'accès depuis la gare sur google, on improvisera !

Le lundi 30 juin on se met en route aux aurores vers l'aéroport de Beauvais. C'est la première fois que je vole avec Ryanair et depuis cet aéroport, alors en arrivant la petitesse des lieux surprend : pour nous ça ressemble à tout, sauf à un aéroport ! Mais une fois la sécurité passée, on trouvera que c'est finalement bien pratique de l'avoir à moins d'une heure de route pour aller se promener en Europe. On embarque directement sur le tarmac, puis vers 9h30 l'avion décolle, en route pour l'Espagne ! C'est un vol court et agréable qui nous amène à Barcelone en à peine plus d'une heure. A l'aéroport on quitte l'avion pour le train (Rodalies de Catalunya) jusqu'à Barcelona Sants, la plus grande gare de la ville où on loupe de peu notre correspondance suite à un léger retard. C'est 1h30 plus tard, après un déjeuner au McDonald's que l'on repart en direction de PortAventura, en effet le resort dispose de sa propre gare sur la ligne à destination de Tarragone et Salou !

PortAventura 002

Il est 15h30 lorsque l'on aperçoit enfin les -impressionnantes- montagnes russes Shambala depuis le train : on y est ! En sortant de la gare on découvre sur les panneaux que l'Hotel Gold River n'est pas accessible aux piétons et qu'il faut les appeler. Finalement on s'en sortira avec le personnel de l'Hotel El Paso qui nous envoit un van et on rejoint alors facilement notre hôtel pour les 3 prochaines nuits, et quel hôtel ! L'Hotel Gold River est agencé comme un véritable village du Far West, dans lequel on entre par le City Hall où se trouve la réception, face à un immense, spectaculaire et superbe lobby où seul le bruit de la fontaine perturbe l'atmosphère feutrée des lieux, renforcée par un doux parfum des plus agréables. Notre check-in se fait en Français, par un employé qui prend le temps de nous donner tous les détails sur le fonctionnement de l'hôtel, les avantages et l'agencement du resort, puis en route pour notre chambre, et nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

PortAventura 003 PortAventura 004

Notre chambre est idéalement située à quelques minutes de marche du City Hall (où l'on prendra nos petits déjeuners), juste à côté de l'accès au parc. En chemin on découvre une thématisation soignée, détaillée et très convaincante : non seulement l'hôtel est superbe, mais on se sent réellement au Far West, la comparaison est inévitable : c'est beaucoup, beaucoup plus beau, immersif et élégant que le Cheyenne de Disneyland Paris. Notre chambre est située dans un bâtiment évoquant une série de commerces typiques du Far West. A l'intérieur les couloirs sont éclairés par de superbes appliques murales à l'effigie de cow-boys et dilligences, et l'on peut entendre les mélodies des plus grands Westerns. La chambre est quant à elle lumineuse, sobrement et soigneusement décorée, très confortable.

PortAventura 005 PortAventura 006

On n'y restera pas longtemps, car après le voyage en avion et en train, et avec la chaleur locale, l'appel de la piscine est fort, ou devrais-je dire des piscines, puisqu'il y a 3 grands bassins ludiques au coeur de l'hôtel, encadré de superbes bâtiments, nombreux cactus et éléments de décors, et Stampida, le wooden coaster du parc, puisque l'hôtel est -astucieusement- adjacent à la zone Far West de PortAventura !

PortAventura 007 PortAventura 008

A 17h nous passons aux choses sérieuses : en route vers PortAventura ! Une passerelle relie l'Hotel Gold River au parc et l'on arrive naturellement en plein milieu du Far West, je trouve l'idée vraiment géniale, et au long des 4 jours on va beaucoup apprécier ce petit passage, on a l'impression que notre hôtel est littéralement dans le parc, et il est facile de passer à la chambre, déposer ou récupérer des affaires, ou même faire une pause piscine, c'est brillant ! Pour l'heure et puisque nous sommes juste à côté on décide de commencer par Stampida où le temps d'attente n'est que de 20 minutes. On embarque donc rapidement dans cet excellent wooden coaster qui cache une sacrée descente et de nombreux airtimes et virages à toute vitesse, une belle entrée en la matière, même si ça secoue et vibre beaucoup. On ressort un peu sonnés, mais contents de cette entrée en la matière !

PortAventura 009

Les temps d'attente plus faibles que prévu nous motivent et on quitte rapidement le Far West en direction du prochain "land" : Mexico où se trouve mon coup de coeur de ma visite de 2005 : Templo Del Fuego, un walk-through où l'on explore un temple Maya avec une archéologue. Après avoir percé le secret du temple on pénètre dans la salle du trésor où l'on subit la colère des esprits : l'eau s'agite, l'escalier s'effondre et tout prend feu, même le plafond ! C'est une attraction qui date des "années Universal" et ça se voit : de la file d'attente au main show en passant par le pré-show, il n'y a aucune fausse note ! Templo Del Fuego est un walk-through très immersif, bien plus convaincant que Amargeddon aux Walt Disney Studios de Paris, et plus dynamique que Poseidon's Fury de Islands of Adventure à Orlando. C'est toujours un de mes coups de coeur tous parcs confondus et une de ces attractions qui font de PortAventura un grand parc à thèmes !

PortAventura 010

En sortant on se retrouve face à Hurukan Condor qui offre une chute libre de 100m de haut... Pas assez téméraire, on continue notre aventure vers China. Si la thématisation est moins aboutie ici que dans les autres lands, la vue est néanmoins à couper le souffle, avec les rails de Dragon Khan qui se mêlent à ceux de Shambala ! Pour ce soir nous nous contenterons de Dragon Khan, sa chute de 45 mètres et ses 8 inversions ! Même si j'ai déjà ridé ce coaster, et d'autres plus intenses, je pars avec une petite appréhension, et finalement on enchaîne sur un 2e tour ! Plus que l'attente (à peine 15 minutes) c'est le mal de tête qui nous dissuadera d'en faire plus. Dommage que les vibrations soient si fortes car avec de nombreuses figures différentes, ce coaster reste un must pour les fans d'inversions !

PortAventura 013 PortAventura 012

On reste dans le coin pour un diner "Chinois" en terrasse dans la douceur et le calme de la fin de journée. Un calme qui ne durera pas longtemps puisque l'on va maintenant chanter et danser au rythme des chansons de Generation Forever, le grand show live du parc. Dès les premières notes de la chanson thème on se laisse emporter dans ce voyage musical 100% chanté en live, ou les tableaux sont illustrés par de nombreux décors, danseurs et accrobates qui ont le sens du rythme et de la scène. Il n'y a pas réellement de fil rouge, mais l'ambiance est euphorisante et communicative, et le public très réactif, on a passé un excellent moment !

PortAventura 014

On reprend ensuite notre chemin vers Polynesia, la zone la plus belle et immersive du parc, où l'on assiste à Noches De Fuego En Tahiti, la version nocturne du très réputé Aloha Tahiti. Présentée uniquement en été au coucher du soleil, elle ajoute aux danses traditionnelles des numéros impressionnants de maniement du feu. L'atmophère nocturne couplée à l'ambiance tropicale en fait évidemment un spectacle très immersif et agréable à découvrir, d'autant plus que la troupe, composée de Polynésiens, est très talentueuse et sympathique, et que le décor et les costumes sont très soignés. On a encore passé un très beau moment, la qualité de l'entertainment à PortAventura est clairement au-delà de mes attentes, et ce n'est pas fini...

PortAventura 015 PortAventura 016

A la fin du show on arrive dans la zone d'entrée de PortAventura : Mediterrània. Si le parc nous avait semblé très calme ce soir, ici c'est l'effervescence dans les boutiques et restaurants au bord du lagon illuminé, car à 23h15 arrive la Sesamo Parade. Bon là, quand on connaît les parades de Disney, ça ne joue pas dans la même cour... Les chars sont petits, simples et cheap, les personnages ne sont pas les plus branchés (Woody Woodpecker et la bande de Rue Sésame), la même musique -entêtante- de 1min30 tourne en boucle et les performers sont en fait ceux de tous les shows du parc. En revanche il faut reconnaître que le tout est plutôt soigné et surtout que l'ambiance y est ! Dès l'introduction musicale les visiteurs se placent spontanément sur les côtés du chemin (sans l'intervention d'une armée d'employés à la Disney) et se montrent réactifs et enthousiastes pendant tout le défilé, c'est assez hallucinant pour une performance aussi "modeste".

En fin de parade les performers se retrouvent sur scène au son de Generation Forever, histoire de faire encore monter l'ambiance -s'il en était besoin- avant Fiestaventura ! Et là, on passe aux choses sérieuses. J'ai beaucoup entendu parler de Fiestaventura, créé en 1999 par Universal et reconnu meilleur spectacle au Monde par TEA en 2000, et j'étais très impatient de le voir. Quelle surprise ! Nous qui nous attendions à un petit show sympa sur le lac, on a découvert un grand spectacle nocturne de classe mondiale ! Fiestaventura est une grande célébration du parc, avec des tableaux illustrant chaque land en fontaines illuminées, feux d'artifices, effets pyrotechniques et barges illuminées. On a eu un gros coup de coeur pour ce show qui nous a fait rêver avec ses nombreux effets, ses belles séquences et sa superbe musique très entraînante ! On l'a trouvé mieux que Disney Dreams de Disneyland Paris, et à la hauteur des grand nightime shows Américains. Quand il s'est terminé on n'avait qu'une hâte : le revoir le lendemain !

PortAventura 017

A l'issue du show, comme dans tous les parcs, la foule se précipite vers la sortie. Quant à nous, on s'est mis dans un coin avant de repartir vers le Far West où se trouve notre hôtel. C'est déjà pratique d'avoir l'hôtel si proche, et un accès au parc si rapide, mais retourner au fond du parc le soir, quand tout le monde doit en sortir, j'ai trouvé ça excellent : on avait l'impression d'habiter là ! Des employés vérifient nos cartes d'hôtel, mais personne ne nous presse et on se promène tranquillement dans le Far West illuminé et désert. En empruntant le passage vers l'hôtel seul le tourniquet nous rappelle que l'on sort du parc, car l'immersion reste totale tant cet hôtel est superbe. On retrouve vite notre chambre et notre lit, histoire de reprendre des forces, après une première journée plus remplie que prévue, et avant une journée entière pleine de nouvelles découvertes !

Et c'est avec une découverte très agréable que commence cette deuxième journée, celle du petit-déjeuner ! Je trouvais déjà le rapport qualité/prix de l'Hotel Gold River excellent : thématisation immersive et magnifique, piscines, accès direct au parc, service irréprochable, lobby spectaculaire, chambres élégantes et confortables... Le petit-déjeuner est la cerise sur le gâteau, et l'on y mange beaucoup plus qu'une cerise, ou même qu'un gâteau. Viennoiseries, pains, confitures, jus de fruits, charcuteries, fromages, fruits, oeuf brouillés, pancakes maison et même tortillas & churros ! Ce ne sont que quelques exemples de ce que l'on trouvait sur les immenses buffets à volonté, et le tout sans la moindre attente, on était au paradis !

PortAventura 018

C'est donc avec l'estomac bien rempli que l'on repart vers de nouvelles aventures, qui commencent ce matin avec Grand Canyon Rapids, un raft-ride qui ne nous a pas trempé tant que ça, mais avec une thématisation réussie. Mouillé pour mouillé, on décide alors de se rendre à Angkor, la toute nouvelle attraction. PortAventura est conçu sur le modèle de "l'anneau" par au position au modèle du "hub" : il n'y a qu'un grand chemin principal qui fait tout le tour du parc. Pratique pour tout voir une fois sans se retourner, beaucoup moins quand on a des envies précises. Aussi c'est une longue marche qui nous emmène à l'autre bout du parc, devant la superbe entrée du splash battle Angkor : un flume ride où les passagers sont équipés de pistolets à eau. C'est une première pour Marianne et moi sur ce type de ride, et après une attente de 40 minutes on s'est franchement bien amusé le long de cette rivière bleue turquoise, impeccablement thématisée sur l'Inde. Je regrette juste que les décors ne vivent pas un peu plus, tandis que Marianne aurait aimé plus de proximité avec les autres bateaux pour s'arroser plus longtemps, mais on ressort néanmoins trempé des pieds à la tête !

PortAventura 019

L'heure tourne et il nous faut passer récupérer nos affaires à l'hôtel pour notre prochaine destination. Sur la route on s'arrête à El Diablo Tren de la Mina, un train de mine classique qui date de l'ouverture du parc et à la thématisation très moyenne (on est à des années lumières de Big Thunder Mountain) mais le ride reste sympathique, surtout lorsque l'on croise le parcours du Silver River Flume, puis à Serpiente Emplumada, une pieuvre classique de fête foraine, très bien intégrée, et toujours amusante.

On passe donc à l'hôtel récupérer nos affaires de piscine, on retraverse le Far West et Mediterrània et on sort du parc pour aller à Costa Caribe Aquatic Park, juste à côté. PortAventura propose en effet deux parcs distincts construits côte à côte comme à Disneyland Paris, sauf qu'ici le second parc est un parc aquatique !

PortAventura 020

En arrivant on scanne nos billets, on loue un locker et c'est parti ! Il est déjà 13h, mais malgré la faim on ne résiste pas, et comme à Typhoon Lagoon en Floride on commence par un tour de lazy river : El Rio Loco. Elle ne fait pas le tour du parc, mais le parcours serpente tout autour de la piscine à vague, sous les jets d'eau et les palmiers, idéal pour se mettre dans l'ambiance !

PortAventura 021

On fait également une première descente à bord de El Torrente, le raft ride du parc, plutôt long, mouvementé, et bien intégré au milieu des palmiers. Enfin avant de manger on s'accorde encore une descente de El Tifon, les body slides de la zone indoor, ceux-là sont très mouvementés et on en ressort bien secoués ! On se prend alors une petite pause déjeuner au Surfer : hamburger-frites en terrasse au soleil et en maillot de bain, comme en Floride !

Pour digérer et se préparer pour nos prochaines aventures, on se dirige vers le fond du parc, une zone qui, construite en 2013, a quasiment doublé la superficie de Costa Caribe ! On y trouve d'autres toboggans, une piscine enfant et Playa Paraiso : une grande "quiet pool", un bassin avec des bulles, une grotte, des cascades... Un petit coin de paradis en effet, où l'on aura passé beaucoup de temps dans l'eau, et qui manque dans la plupart des parcs aquatiques que j'ai visités auparavant.

PortAventura 022 PortAventura 023

Tout au fond du parc se dresse la structure du Ciclon Tropical et King Khajuna. On commence par le premier, c'est un body slide haut et rapide, avec deux bosses et un très léger air-time, qui nous préparer pour le second : le plus haut toboggan d'Europe. Avec ses 31 mètres de chute il reste "petit" face au Summit Plummet de Blizzard Beach, mais l'ascension de la structure métallique le rend, d'une certaine façon, tout aussi impressionnant. D'en haut on peut admirer PortAventura, surtout la zone Far West avec Shambala, Dragon Khan, et la mer en fond, notre hôtel, quant à lui, est juste à côté, en contrebas. Comme à Blizzard Beach on s'allonge, jambes croisées, bras croisés et c'est la chute libre avec cette sensation extraordinaire -et terrifiante- d'être aspiré par le vide. Je sens néanmoins la différence de hauteur avec Summit Plummet où la sensation de chute libre dure un peu plus longtemps (on ne parle néanmoins que d'une différence de 1 seconde tout au plus), pour Marianne par contre c'est une sensation toute nouvelle, celle de se lancer dans une immense descente sans harnais ou barre de sécurité. Après l'appréhension c'est approuvé et on remontera les nombreuses marche encore deux fois avant de retourner dans la "quiet pool".

PortAventura 024

Puis on ressort pour attaquer les autres toboggans du parc, en commençant par Rapid Race, qui ressemble aussi à une attraction de Blizzard Beach avec ses 6 pistes que l'on descend à plat ventre tête la première sur un tapis de mousse. On se dirige ensuite vers une structure cachée dans les palmiers d'où partent 4 toboggans -on montera donc 4 fois- : les Mambo Limbo qui sont deux body slides classiques, et les Barracudas, deux toboggans plus hauts et plus longs que l'on descend dans des bouées 2 places, c'est toujours très fun !

Le ciel se couvre mais il fait toujours bon, alors pendant que le parc se vide on en profite pour refaire des descentes de El Torrente, Rapid Race, Ciclon Tropical et King Khajuna, avant de finir dans la piscine à vague quasiment déserte. On décide de finalement quitter le parc vers 20h, sous une petite averse orageuse, pour traverser PortAventura jusqu'à l'Hotel Gold River. On a adoré notre journée à Costa Caribe, c'est un excellent parc aquatique qui allie des attractions très diversifiées à un environnement soigné. Le parc est infiniment meilleur que n'importe quel Aqualand ou Aquasplash du Sud de la France (qui se contentent de poser des toboggans fluos sur une dalle de béton), même si la thématisation n'atteint pas les incroyables Blizzard Beach et Typhoon Lagoon de Walt Disney World. L'intégration de la plupart des attractions est soignée et avec ses décors et palmiers le parc propose une atmosphère immersive, tropicale et dépaysante.

PortAventura 025

La journée ne s'arrête pas là : douchés et rhabillés nous repartons passer la soirée à PortAventura en commençant par un petit dîner rapide à Mediterrània avant de retourner au fond du parc en passant par Polynesia. Sur la route on s'arrête à Kontiki, un bateau pirate classique mais très bien intégré (je crois bien, en plus, que je n'avais jamais fait ce type d'attraction) et à Tea Cups, les deux tenant à coeur à Marianne et n'affichant aucune attente en soirée.

PortAventura 026

Et nous voici arrivés à destination. On met toutes nos affaires dans un locker à 1€ et en route pour Dragon Khan ! Avec une attente d'à peine 10 minutes on fera joyeusement deux tours pour se mettre la tête en bas 16 fois au total, ressortant forcément un peu secoué. C'est alors le grand moment : on s'avance vers Shambala, l'hyper-coaster qui a redessiné la skyline de PortAventura, le coaster le plus haut (76m) et le plus rapide (134 km/h) d'Europe, également doté de la plus haute descente (78m.) Je n'étais ni impatient, ni sûr de grimper là-dedans. J'avoue honteusement qu'il m'aura fallu près d'une demi-heure d'hésitation devant l'entrée, terrifié par la hauteur et les protections qui ne retiennent les passagers que par les genoux, avant de soudainement me lancer, sinon je crois que je l'aurais amèrement regretté.

PortAventura 027 PortAventura 028

Pour ce premier tour on se placera plus ou moins au milieu du train, sur des siège rapprochés (il existe en effet des sièges plus écartés qui renforcent les sensations.) La barre de sécurité est verrouillée et le train démarre. Le lift nous emmène à 76 mètres de haut, offrant une vue imprenable sur le parc et Salou pendant une ascension de 30 secondes, 30 longues secondes de stress, notamment lorsque l'on se rend compte que Dragon Khan, qui semblait déjà bien haut, est tout petit en dessous de nous... Puis c'est la chute, immense, plongeante, terrifiante, elle nous ramène à toute vitesse vers le sol avant de nous faire remonter sur le premier camelback au sommet duquel on décolle du siège, comme si l'on volait. Puis une nouvelle chute vertigineuse nous entraîne vers une ingénieuse spirale qui nous écrase avant de filer à toute vitesse vers un tout petit camelback qui nous propulse hors du siège et met la barre de sécurité à rude épreuve. S'en suit un nouveau camelback et une chute spectaculaire vers le lagon où le train effleure l'eau, puis une série de figures plus modestes clôture le ride.

Shambala dure près de 2 minutes, 2 minutes de sensations intenses, incroyables et uniques, 2 minutes qui nous donnent la sensation de voler en nous emmenant haut au-dessus du sol sur des figures sensationnelles, imaginées pour intensifier les sensations de hauteur, de chute libre et de vol. En sortant, les jambes encore tremblantes mais le sourire aux lèvres, on achètera évidemment le DVD souvenir, tellement plus sympa que la photo et vendu pour 14€ seulement :

On finira la soirée, comme hier, à Mediterrània devant la Sesamo Parade et le fabuleux spectacle nocturne Fiestaventura. On laisse partir le flux de visiteurs, puis on se balade un peu dans les boutiques et au bord du lagon avec un grand Fanta citron. PortAventura combine astucieusement des attractions à très fortes sensations et un univers immersif et fantaisiste dans lequel on prend plaisir à se promener, les deux participant à un formidable sentiment de vacances et d'évasion. On ne rentrera à l'Hotel Gold River que vers 1h du matin en traversant le parc désert, avec toujours ce sentiment génial d'habiter dans le parc. Cette idée d'hôtel adjacent et thématisé avec accès direct est vraiment fabuleuse, c'est le summum de l'immersion !

PortAventura 029

 Continuez vers la partie 2 !